Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

La chair ne sert de rien

Il est vrai que sur la terre, la chair influence l’esprit car l’âme sans Dieu est porté à se définir en fonction des caractéristiques physiques du corps humain. L’âme sans l’esprit surnaturel est tournée vers la chair, alors que Dieu nous demande d’être détachés de toutes ces considérations charnelles qui nous détournent de Lui.

Alors, notre union à Dieu consiste à nous détacher de ce qui n’appartient pas à Dieu ce qui inclut le corps humain que Jésus lui-même a laissé mourir sur la croix.

Dans ce processus de détachement universel, il faut se détacher en esprit de notre corps physique qui n’est qu’une apparence passagère. Saint Paul lui-même aspirait à être délivré de son corps de mort qui le détourne de Dieu et cela bien malgré lui.

“Or si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais; mais c’est le péché qui habite en moi. Lorsque je veux faire le bien, je trouve donc cette loi: le mal réside en moi. Car je me complais dans la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon esprit, et qui me rend captif sous la loi du péché qui est dans mes membres. Malheureux homme que je suis! qui me délivrera de ce corps de mort?”   Épitre aux Romains 4, 20-24

Car oui, nous avons tous un corps de mort et contrairement à l’esprit, la chair ne vivifie pas.  Alors, il ne faut plus voir son prochain ainsi que soi-même, comme un homme ou une femme, un noir ou un blanc. Autrement dit, il ne faut plus être en mesure de faire la distinction entre une femme et un homme ainsi qu’entre un blanc et un noir, car Dieu ne le fait pas. Dans l’unicité de Dieu, tous se confondent en esprit, car au paradis la vertu parfaite est commune à tous.

Ce qui différencie l’homme et la femme ainsi que le blanc et le noir en esprit, ce ne sont pas leurs qualités, mais plutôt leurs défauts, car nous sommes tous appelés à pratiquer les mêmes vertus avec perfection et la vertu n’est pas le propre d’un sexe ou d’une couleur de peau, mais de Dieu et Dieu n’est ni une femme, ni un homme, ni un blanc, ni un noir. Dieu n’est pas un humain tout simplement, la nature humaine lui est étrangère, il n’y a que l’âme que nous avons qui a été créée à l’image de Dieu et non notre corps car Dieu n’a pas de corps charnel.

“Vous tous, en effet, qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n’y a plus ni Juif ni Grec; il n’y a plus ni esclave ni homme libre; il n’y a plus ni homme ni femme : car vous n’êtes tous qu’une personne dans le Christ Jésus.” Galates 3, 27-28

Autrement dit, ce n’est plus la femme, l’homme, le noir ou le blanc qui doit vivre en nous, mais le christ et Jésus-Christ après sa résurrection, contrairement à ce qu’affirme Rome n’a plus de nature humaine, mais qu’une seule nature glorieuse et divine. La résurrection du corps est avant tout une transformation, une métamorphose comme une chenille qui devient un papillon et la métamorphose est tellement grande qu’il n’y a plus de ressemblance possible entre le corps que nous avons présentement et le corps ressuscité que nous aurons un jour par la grâce de Dieu.

“Toute chair n’est pas la même chair; autre est la chair des hommes, autre celle des quadrupèdes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons. Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais l’éclat des corps célestes est d’une autre nature que celui des corps terrestres. Autre est l’éclat du soleil, autre l’éclat de la lune, autre l’éclat des étoiles; car une étoile diffère en éclat d’une autre étoile. Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Le corps est semé dans la corruption, il ressuscitera dans l’incorruptibilité” 1Corinthiens 15, 39 -42

Toutes les nécessités du corps humain sont absentes au paradis comme le papillon qui n’a plus besoin de ramper sur le sol lorsqu’elle était une chenille. Le corps glorieux que nous aurons après notre résurrection n’a pas besoin de suer, de vessie, d’organes digestif ou sexuels, ni même de jambe pour se déplacer ou d’une bouche pour entrer en communication. Il faut alors comprendre que la nature humaine n’est que chair et notre vie sur la terre consiste à se détacher de cette nature humaine avant de mourir comme Jésus sur la croix. Si ce corps humain ne meurt pas dans votre esprit, il ne ressuscitera pas.

“En effet, la loi de l’Esprit de la vie m’a affranchi en Jésus-Christ de la loi du péché et de la mort. Car, ce qui était impossible à la Loi parce qu’elle était sans force à cause de la chair, Dieu l’a fait : en envoyant, pour le péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et il a condamné le péché dans la chair, afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’Esprit.” Épitre au Romains 8, 2-4

Ajouter un commentaire