Skip to content Skip to sidebar Skip to footer

Je vous souhaite un joyeux Noël religieux

L’esprit de Noël demeure un esprit de pauvreté où la Sainte Famille n’avait qu’une étable pour voir naître le messie. Jésus dès sa naissance n’avait que la compagnie des plus pauvres, au début c’était de pauvres bergers, par la suite ce fut de pauvres pécheurs, même les foules qui suivaient Jésus étaient principalement des pauvres.

Jésus n’avait pas la compagnie des riches, il n’était qu’entouré de pauvres et lorsqu’un riche refusait de donner son argent aux pauvres à la demande de Jésus, Jésus répondait qu’il était difficile pour un riche d’entrer dans le royaume des cieux. Alors, les riches évitaient Jésus spontanément d’une façon presque naturelle, comme les riches d’aujourd’hui qui évitent la compagnie des plus pauvres comme ces personnes qui vivent sous l’assistance sociale. On constate fréquemment que c’est l’histoire du pauvre Lazare et de l’homme riche qui se répète tous les jours dans nos sociétés. On vit dans un monde qui méprise la pauvreté, alors on méprise les pauvres.

C’est un discours qui choque, mais Dieu répondra aux riches cette parole de l’évangile.

« Mon fils, souviens-toi que tu as reçu les biens pendant ta vie, et que Lazare a reçu de même les maux; or maintenant il est consolé, et toi, tu es tourmenté. De plus, entre nous et vous un grand abîme a été établi; de sorte que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là venir ici, ne le peuvent pas. » Luc 16,25-26.

Alors, il faut comprendre que cet abîme qui sépare la société des pauvres et celle des riches commencent sur terre. C’est une sélection presque naturelle qui précède le jugement dernier où les riches seront maudit de Dieu et les pauvres béni de Dieu.  Alors, il faut comprendre que même s’il y a des personnes qui veulent préserver une certaine mixité sociale, il y aura toujours une séparation entre la société des pauvres et celle des riches où on constate que les riches se regroupent ensemble et que les pauvres se regroupent ensemble chaque groupe séparé de l’autre comme on sépare les boucs et les brebis ou encore le froment et l’ivraie, car  oui le royaume de Dieu appartient aux pauvres et non aux riches de ce monde.

Ajouter un commentaire